Accueil » Le syndrome du déficit de nature: des enjeux pour l’aménagement urbain

Le syndrome du déficit de nature: des enjeux pour l’aménagement urbain

Avec notre vie moderne, nous passons de moins en moins de temps dans les milieux naturels. Pour pallier au déficit de nature, l’aménagement urbain doit incorporer la nature au plus près des riverains. La copropriété peut également répondre à ces enjeux cruciaux. Certains aménagements sont gratuits, d’autres plutôt coûteux.

Les symptômes du déficit de nature

"Imaginez un monde dans lequel tous les enfants grandissent avec une compréhension profonde de la vie qui les entoure" citation de Richard Low

Faute de contact avec la nature, les êtres humains souffrent parfois de troubles du comportement. On constate alors des problèmes d’anxiété, d’impulsivité ou d’obésité. Ce problème concerne également les animaux qui sont privés de vitamine N.

La vitamine N est conceptualisée par Richard Louv dans son livre « Last child in the woods : saving our children from nature-deficit disorder » (éditions Alonquin Press, 2006). Le terme “Vitamine” renforce l’idée selon laquelle la nature serait essentielle pour notre organisme.

Le syndrome du déficit de nature est amplifié par le stress d’une trop forte exposition aux écrans. Chez l’enfant, des troubles de l’apprentissage peuvent apparaître, notamment concernant ses compétences sociales ou sa capacité de mémorisation.

“Imaginez un monde dans lequel tous les enfants grandissent avec une compréhension profonde de la vie qui les entoure”

Richard Low (traduction de l’image ci-dessus)

Des conseils simples pour se recharger en vitamine N

Pratiquer le sport au contact de la nature

Le Réseau Ecole et Nature préconise de remplacer le slogan “Le sport c’est bon pour la santé” par “La Nature c’est bon pour la santé”. Des activités plus créatives procurent les mêmes bienfaits, comme porter des charges pour construire des cabanes ou grimper aux arbres.

La nature ne se limite pas au bois. Nous pouvons également nous rendre notamment à la mer, les lacs, les montagnes et la campagne.

Prendre un temps de repos et de relâchement

En se créant un “temps désorganisé dans la nature”, nous laissons vaguer notre imagination. En famille, les enfants “joueront librement”: écouter la nature, fixer son attention, se concentrer et résoudre des problèmes.

Ce temps de repos offre l’opportunité de couper avec l’environnement ultra stimulant du “tout connecté”.

S’alimenter naturel

Manger sain est simple: plus un produit est proche de son état naturel, meilleur est son impact sur sa santé.

Un repas sain nous procure également la joie de préparer et sentir des aliments non transformés. Il facilitera la digestion et le repos.

Dans mon article Jardiner en appartement, je détaille les 5 vertus du potager urbain. Vous y trouverez également les explications pour vous lancer dans cette aventure. De nombreuses plantes peuvent être cultivées en pot quasiment gratuitement.

Pour aller plus loin contre le déficit de nature

La fédération francophone des praticiens de sylvothérapie (thérapie par la forêt) et de shinrin yoku (pratique japonaise du bain de forêt).


L’aménagement urbain pour mener la nature en ville

Plus un enfant est en contact avec la nature à la maison — y compris l’exposition aux plantes d’intérieur et les vues par la fenêtre sur des milieux naturels – moins il ou elle était affecté par des stress négatifs.

Etude réalisée en 2003 par l’Université Cornell

Bien avant d’étudier scientifiquement l’impact de la nature sur l’être humain, les penseurs avaient expérimenté ce lien déterminant. Dans son ouvrage “The Heart of Man” (1964), le psychologue social Eric Fromm a défini pour la première fois la notion de “Biophilie“: Les humains auraient tendance à se trouver des solutions pour se rapprocher de la nature en permanence.

La nature dans les villes

Les citoyens peuvent prendre des initiatives en concertation avec la Mairie. En effet, le syndrome du déficit nature préoccupe les pouvoirs publics. En France, le Conseil Economique Social et Environnemental (CESE) à publié à l’été 2018 ses préconisations pour accélérer la dynamique de la nature en ville, en citant notamment le fait que cela participait à favoriser la santé physique et mentale de ses habitants.

Quelques idées pour votre ville:

  • Végétaliser la ville en semant des graines / plantant des arbres
  • Jardin partagé
  • Composts collectifs
  • Evénements dans des cadres naturels
  • “Pedibus” pour mener les enfants à l’école

La nature dans la copropriété

  • Privilégier des matériaux biosourcés pour les rénovations
  • Développer les espaces verts
  • Créer une fontaine
  • Créer un potager urbain
  • Améliorer les rangements de vélo
  • Créer un point de distribution circuit court
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *