Accueil » Retards de chantier supérieurs à 6 mois et crise du logement

Retards de chantier supérieurs à 6 mois et crise du logement

Les retards de chantier se multiplient actuellement en France. Cette situation critique est causée par une pénurie de matériaux à bas coût, notamment le cuivre, l’acier (+ 30%), le bois (+250%) et le silicium.

En avril 2021

La France doit privilégier des retards de chantier à une hausse des prix

En avril 2021, la FEDERATION FRANÇAISE DU BÂTIMENT, représenté par Luc Charmasson, avait écrit à Bruno Lemaire pour lui demander de geler les pénalités de retards pendant un à deux mois.

En effet, les produits peu disponibles (échafaudage, pièces métalliques, bois semi-transformé) entraînent des arrêts de chantier de plusieurs semaines.

Deux variables d’ajustement influent sur l’offre et la demande: le prix ou le délai de livraison.

Or, le coût d’approvisionnement ne peut pas être absorbé par les entreprises dont les marges sont déjà trop faibles. Depuis la reconstruction d’après-guerre, le modèle économique français tire les prix de la construction à la baisse pour faire face au mal logement. Celui-ci étant aggravé aux faillites personnelles provoquées par les confinements successifs.

Par conséquent, certains chantiers pourraient être construits à perte. C’est pourquoi, dans l’attente d’une normalisation des délais de livraison, les stocks sont gérées à flux tendus. Ces retards de chantiers aggravent les finances des ménages et le mal logement en France.

Un manque de logements causé par les retards de chantier

D’après les prévisions de la Fédération Française du Bâtiment, seulement 300 000 logements devraient être construits en France en 2021.

Par conséquent, il manquerait au moins 100 000 nouveaux logements par rapport aux années précédentes.

Cette pénurie impacte de nombreux français mal logés, voire sans domicile fixe. La Fondation Abbé Pierre compte 15 millions de français actuellement touchés par la crise du logement. Le cauchemar continue.

Retards de chantier et crise du logement

Les retards de chantier causés par une pénurie multifactorielle

La demande chinoise et américaine a explosé en 2020 concernant les matériaux de construction, en raison de leur forte croissance.

D’autres facteurs ont tendu la demande.

S’agissant des filières sidérurgiques,  le marché européen dépend totalement des importations. L’arrêt de la production a été justifié par la meilleure rentabilité de l’import. La France, comme l’Europe, est désormais très sensible à l’offre et à la demande internationales.

Concernant la filière bois, la  production a été désorganisée en 2020 et 2021 avec les mesures sanitaires liées à la pandémie. L’offre est donc très réduite. D’autant plus que la demande des États Unis s’est tournée vers la France depuis la taxation de l’import du bois canadien.

D’autant plus que la RT 2020, avec le déploiement du volet « carbone », pousse l’obsolescence normative immobilière (lire mon article Obsolescence normative immobilière: Mauvaise nouvelle pour les bailleurs).

Pour construire ou réhabiliter des logements ultra performants, la demande de bois explose. Tout comme la demande de matériaux ultra sophistiqués.

En juin 2021

De nouvelles pénuries

Après l’acier et le bois, la pénurie de béton, et plus précisément de ciment affecte le secteur du bâtiment.

Une course folle mondiale aux matériaux

L’indisponibilité des matériaux provoque des tensions économiques et financières:

  • Le titre du plus gros transformateur de bois au Québec, Produit forestier Résolu, a grimpé de près de 600 %. Si vous avez acheté pour 1000 $ d’actions en mai 2020, elles valent aujourd’hui autour de 7000 $.
  • La pénurie de semi-constructeurs a entraîné l’arrêt de chaines de constructions automobiles

La pénurie devient un enjeu de sécurité nationale.

On assiste également à des conflits géopolitiques.

  • L’Union Européenne négocie actuellement avec le taïwanais TSMC (70% de la production mondiales de puces) pour l’implantation d’une usine. Ce partenariat permettrait de réduire sa dépendance.
  • Sous l’administration Trump, les Etats Unis ont contraints TSMC à ne plus fournir le chinois Huawei. De plus, une usine sera prochainement construire en Arizona. Cet investissement de 12 milliards d’euros créera également des milliers d’emplois.

Des besoins structurellement durables en semi-conducteurs

L’offre devra à terme s’ajuster à phénomène durable. Pour rester résilients face à la Pandémie, les agents économiques ont développé des besoins structurels massifs: développement de la 5G, augmentation du télétravail. Avant la crise, la demande augmentait déjà avec le perfectionnement des environnements connectés (électroménagers, véhicules).

Les entreprises s’adaptent à cette nouvelle situation. Une seule entreprise, Apple, passait des contrats pluriannuelles de puce. Ce comportement devient aujourd’hui la norme pour toutes les autres entreprises. Les Etats également en investissement massivement dans la recherche et le développement.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *