Accueil » Pandémie: le label “Petites villes de demain” prend tout son sens avec l’exode urbaine

Pandémie: le label “Petites villes de demain” prend tout son sens avec l’exode urbaine

La récente étude LOCSERVICE, publiée en mars 2021, nous avertit que les locataires des grandes villes recherchent maintenant un logement dans les communes de moins de 20 000 habitants.  Même les acquéreurs suivent ce mouvement avec engouement. A la faveur du télétravail, le marché immobilier français vit un début de révolution: l’exode urbaine.

Désormais, le temps où les Parisiens recherchaient un meilleur cadre de vie dans des villes à peine plus petites appartient au monde d’après. Ils veulent la nature et la campagne. D’ailleurs, pour la première fois depuis des décennies, l’offre de logements à louer est plus basse que la demande qualifiée dans des grandes villes telles que Grenoble ou Reims par exemple.

Exode urbaine: Pourquoi cette urgence de quitter Paris, notamment pour les télétravailleurs?

Les citadins semblent désormais libérés, au moins partiellement, de la “transhumance humaine”, c’est-à-dire des trajets pendulaires boulot-dodo impliquant un changement quotidien de département. Soit ils sont télétravailleurs, soit ils sont devenus chômeurs longue durée, souvent pour la première fois:

  1. Les secteurs hôtelier, touristique et de la restauration représentent une perte de 23 milliards d’euros en Ile de France selon Atout France. D’autres secteurs sont touchés: aéronautique, vendeurs et tous les sous-traitants.
  2. Depuis 2019, la Présidente de la Région, Valérie Pécresse, compte 300 000 chômeurs supplémentaires.
  3. 50% de la clientèle en Ile-de-France est étrangère d’après l’INSEE (tourisme, produits de luxe)

Avec la crise économique et l’enfermement du confinement, leur rêve d’une meilleure qualité de vie ressurgît. Les modes de vie ont tellement été bousculés cette dernière année que les changements de vie sont socialement acceptés. Dans cette fuite en avant des grandes villes, il faut dire que les Franciliens ne manquent pas d’arguments pour fuir définitivement le traumatisme de la pandémie.

Le besoin d’une meilleure qualité de vie: les citadins seraient-ils fous?

On l’a vu, les mesures sanitaires interdisent les petits plaisirs de la vie à la Ville: fermeture des restaurants, des commerces dits “non essentiels” et des espaces culturels (cinémas, musées).

Pire, les privations de libertés se prolongent, sans perspective d’amélioration: port du masque partout et depuis un an, fermetures perpétuelles des classes des enfants, couvre-feux à 18 heures / 19 heures, fermetures des commerces dits non essentiels, limitations des déplacements à 10 kilomètres, interdiction de former un groupe de plus de 6 personne même familial, etc.

Dans ce contexte, vivre une vie professionnelle dégradée, dans l’angoisse, dans un petit logement (crise du logement dans les grandes villes) et dans une ville polluée sans nature, asphyxie les français en recherche d’un bon bol d’air frais. Désormais, l’exode urbaine saisit les Parisiens, les Franciliens et plus largement tous les habitants des grandes villes.

En effet, les français ne se contenteront plus d’un balcon. Ils veulent des jardins, des vastes étendues et des animaux. Dès lors, la campagne revient en force dans les cœurs, si possible en bord de mer ou proche montagne.

Par exemple, à Carnac dans le Morbihan, petite ville comprenant moins de 5000 habitants, on assiste à un double phénomène.

  1. D’une part, les résidences secondaires deviennent des résidences principales.
  2. D’autre part, les prix de l’immobilier ont augmenté de 10% avec un prix moyen de  4722 euros du mètre carré.

Existe-t-il des petites villes pas trop chères où l’on pourrait télétravailler dans son jardin? Une exode urbaine détendue?

Parce qu’à titre personnel, j’adore fatiguer mes mômes dans les bacs à sable et planter des herbes aromatiques sur mon bord de fenêtre, je m’intéresse depuis longtemps aux petites villes qui pourraient être agréables à vivre. Et j’aime bien les reportages où l’on partage les problématiques des maires pour amener la fibre optique à la campagne. Dans mes rêves les plus fous, en 2019 parfois que mes mômes cueilleront des tomates dans un potager digne de leur appétit, et ce avant leurs vingt-cinq ans. Et, telle une supportrice, je crie “allez le Maire, allez le Maire!”.

Pour tous ceux qui me croient folle, comparez le prix de la tomate bio sur LA RUCHE QUI DIT OUI livrée à domicile.

Quelles petites villes pourraient être valorisées par l’exode urbaine?

Le Label « Petite ville de demain » témoigne d’une volonté de développement

Donc, au fil de mes recherches, je me suis intéressée au label “PETITES VILLES DE DEMAIN” qui recense les villes avec ce potentiel. Pour vous présenter brièvement le concept, l’agence nationale de la cohésion des territoires a réalisé une petite vidéo.

Avant de vous laisser visionner cette vidéo, je vous propose de vous inscrire à mon site pour recevoir un courrier d’actualité par mois. Ainsi, vous pourrez voyager avec moi. En effet, je vous emmènerai découvrir les villes où le prix de l’immobilier progressera parmi les petites villes de demain.

Alors, avis aux télétravailleurs, aux chômeurs et aux investisseurs immobiliers, inscrivez-vous:

Inscription gratuite à la lettre d’information BienGérerMonBien

 

 

Des initiatives économiques à surveiller

Pour attirer ou conserver des habitants, les petites villes doivent maintenir un niveau de services et d’emplois importants. En tant qu’investisseur immobilier, vous devez être sensible à ces deux facteurs.

Le succès des Comptoirs de campagne illustre cette nécessité. Afin d’être rentable, ce modèle économique repose sur deux conditions. Premièrement, plusieurs services essentiels sont proposés afin de cumuler des petites entrées d’argent: épicerie, café, colis, accès internet, coiffeur, salle à disposition du banquier / esthéticien / ostéopathe, etc. Deuxièmement, les comptoirs sont implantés en « grappe », séparés d’une dizaine de kilomètres, pour une mutualisation d’approvisionnement. Le résultat ne se fait pas attendre. Ouvert depuis novembre 2019, le Comptoir de campagne de Sainte-Blandin termine sa première année d’exploitation dans le vert. Aujourd’hui, le Comptoir de campagne compte 11 boutiques réparties en 3 grappes. Une trentaine de boutiques supplémentaires devrait être créées d’ici 2022.

 

Miser sur des biens immobiliers déjà rentables dans des petites villes prometteuses

Évidemment, il s’agit pour vous d’investir dans des biens immobiliers déjà rentables. Votre opération devrait être rentable même en l’absence d’une progression importante des prix du marché immobilier. Ensuite la promesse d’un avenir radieux serait un bonus, avec une plus value-immobilière plus importante que prévue.

Prévoir un investissement immobilier long terme pour bénéficier de cet effet de levier

Notamment pour bénéficier d’un abattement sur la plus-value immobilière en cas d’investissement locatif, les bailleurs visent l’achat d’un appartement ou d’une maison sur une longue période.
Cette période allant de 5 à plusieurs dizaines d’années, elle laissera tout le temps nécessaire pour une amélioration des aménagements de la petite ville de demain. Les moyens mis en œuvre sont présentés sur la vidéo.

Acheter son premier immeuble de rapport dans une zone peu tendue

Souvent perçu comme une consécration, l’achat du premier immeuble de rapport reste une idée fixe pour beaucoup d’investisseurs immobiliers. En effet, les immeubles répondent à la créativité des propriétaires bailleurs en terme d’aménagement des parties communes, d’amélioration des logements et de développement durable (équipements partagés, permacultures urbaines, isolation thermique, gestion des fluides (électricité, eau, gaz)).
Acheter à la campagne permettra d’acquérir un immeuble à coût abordable. Cette opération diminuera également les risques de loyer impayé puisque les loyers sont moins chers. Pourtant, en cas de difficultés financières, les locataires auraient accès aux mêmes aides au logement que dans les zones tendues.

Acheter une résidence principale plus grande en payant moins cher le mètre carré

Selon le même principe, les primo-accédants peuvent accéder plus facilement à la propriété ou éventuellement acheter plus grand.

Quelles petites villes seront plus attractives demain?

Rome ne s’est pas construit en un jour chers amis! En réalité, l’exode urbaine a commencé il y a vingt ans. La Pandémie accélère cette migration vers la campagne. J’ai beaucoup d’informations pertinentes à vous communiquer. Si vous souhaitez en savoir plus, inscrivez-vous gratuitement au site.

Grâce à cette inscription, vous recevrez chaque mois un compte-rendu sur des petites villes qui méritent toute votre attention. Pour ce faire, il vous suffit de remplir le formulaire ci-dessous. De plus, la lettre d’information synthétisera d’autres informations importantes pour réussir ses investissements immobiliers en 2021, à retenir et à partager.

Inscription gratuite à la lettre d’information BienGérerMonBien
Partager cet article

1 commentaire pour “Pandémie: le label “Petites villes de demain” prend tout son sens avec l’exode urbaine”

  1. Retour de ping : Potager urbain en pot: les 5 vertus * BIEN GERER MON BIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *